Agathe : pet-sitter passionnee

par | Mar 22, 2022 | 0 commentaires

Hello coucou sur la retranscription du 100ème épisode de mon podcast ! Je n’en reviens pas d’avoir réussi à faire autant d’épisodes, moi qui m’étais lancé comme défi d’en faire un par jour et de tenir 30 jours ! Je suis vraiment trop fière du chemin parcouru et je suis super fière de te présenter ce 100ème épisode avec Agathe.
Agathe, c’est une femme géniale que j’ai rencontré au sein de The Rising Entrepreneure, et c’est aussi une femme qui m’a fait confiance, qui a rejoint Comète et qui a réussi à donner une nouvelle envergure à son business . J’ai super hâte que tu découvre comment elle a fait.

Qui es-tu Agathe ?

Pour les personnes qui ne te connaissent pas parce qu’elles ne nous suivent pas sur Instagram et qu’elles ne sont pas témoin de l’amour mutuel qu’on se porte , est-ce que tu pourrais te présenter et présenter ce que tu fais s’il te plaît ?

Oui tout à fait ! Je suis Agathe, Nantaise. Je suis pet sitter/ promeneuse de chien, c’est à dire que je m’occupe de promener des groupes de chiens  à la campagne à Nantes. En plus de ça, j’ai un programme en ligne pour aider les petpreneurs, donc à la fois les Pet sitters mais aussi les éducateurs et les comportementalistes, à  avoir une entreprise bien dans leur pattes. 

Il y a bien quelque chose que j’adore dans ton parcours, c’est à quel point tu t’es lancée avec un pourquoi hyper fort, c’est-à-dire l’amour des animaux vraiment au centre de tout .Est-ce que tu peux expliquer un peu ce qu’a créé ce déclic, à quel moment tu t’es lancée ? Parce que t’as quand même quitté un bon travail ! Qu’est-ce qui s’est passé ?

J’ai eu un parcours un peu standard. École de commerce, grande entreprise, Paris, mutation à Nantes. J’ai monté les échelons, tout allait bien et puis à un moment donné, un peu trop de pression, perte de sens dans le travail, général. Je me suis dit il faut changer, il faut trouver autre chose. À la base, j’ai quitté mon entreprise dans laquelle j’étais depuis 10 ans pour monter un café chien. Ça ne s’est pas fait parce que pandémie et donc comme j’avais tout ce qu’il fallait, un diplôme d’éducateur canin, les diplômes qu’il fallait pour pouvoir me lancer en tant que pet sitter, je me suis dit en attendant que la pandémie passe je vais me lancer dans la promenade de chien, ça va occuper un petit peu mon temps et puis on va y aller comme ça.

Un métier en synergie

Et puis en fait j’y suis toujours deux ans après ! J’adore ! J’ai développé un service qui n’existait pas encore à Nantes, qui existait déjà dans plein d’autres villes en France, et ça c’est vraiment cool.

C’est quoi la partie que tu préfères dans ton travail ? Est-ce que c’est plus la relation avec les clients ? ou est-ce que c’est vraiment le moment où tu es en pleine nature avec les chiens ?

Il y a les deux. Parce qu’avant, quand je travaillais dans un bureau toute la journée, toutes mes vacances, je prenais un avion, je me barrais à l’autre bout du monde et je me mettais dans un endroit où il y avait pas beaucoup d’électricité, pas beaucoup de confort, parce que j’avais besoin d’être dans la nature et vraiment me reconnecter aux choses. Aujourd’hui ce besoin là je ne l’ai plus parce que je passe mon temps dehors, donc je sais que c’est hyper important pour moi d’être dehors, d’être connecté à la nature. Aujourd’hui, ce qui m’anime vraiment, c’est d’apporter un service à mes clients. Quand je vois mes clients qui sont hyper heureux parce que leur chien va bien, et si leur chien va bien eux ils vont bien, ça fait une espèce de bulle de sérénité et de services rendus à la personne qui me fait vraiment kiffer

Et il y a un autre pan de ton travail. On a l’habitude de dire quand on est entrepreneur, quand on est malade, il faut prévoir le coup parce qu’on peut pas travailler, mais toi c’est encore pire . Moi malade, je pourrais me planquer derrière mon ordinateur et travailler quand même un peu. Toi, quand t’es malade, y’a pas de possibilités ! En plus, Madame a eu une entorse au pied il n’y a pas longtemps !

Entorse au pied = pas de travail et pas de chiffre d’affaires. C’est compliqué. Ca fait parti des difficultés du métier, de tous les métiers où tu as besoin de ton corps. C’est un truc que j’ai réalisé hyper tôt c’est-à-dire que si t’as pas la santé, si t’as pas la forme et s’il t’arrive n’importe quoi, potentiellement ton entreprise peut s’arrêter. Moi demain, j’ai un vrai pépin de santé qui m’empêche de marcher ou qui m’empêche de conduire, c’est terminé, mon entreprise elle s’arrête ! 

Une formation pour pérenniser l’activité et aider ses pairs

Est-ce que c’est avec ça en tête que t’as décidé de faire cette formation ou est-ce que y’a plusieurs choses qui ont fait que tu as décidé de créer une formation pour les pet preneurs ?

J’avais ça en tête, dans le sens où je me suis toujours dit qu’il me faut quelque chose absolument si jamais je peux plus faire de promenades. En fait, je me suis rendu compte aussi en rentrant dans le monde du pet sitting qu’il y a une différence entre les gens qui faisaient ça en particulier pour se faire de l’argent de poche et très clairement tu retrouve de tout dans ces particuliers, en effet des gens bien mais aussi des gens pas bien. Et puis tu avais les professionnels qui se battaient à côté de tout ce monde là pour se faire connaître, et je me suis dit mais c’est dommage que ces professionnels, on ne parle pas plus d’eux. Et parfois ces professionnels, ils sont hyper professionnel dans leur manière de gérer les animaux et de leur connaissance et tout ça, ils sont experts dans leur domaine, mais par compte il pêche au niveau gestion d’entreprise. Et c’est là où je me suis dit, là je peux les aider, avec mon passé de 10 ans en gestion de projet, j’ai forcément des choses et j’avais envie de les aider parce que en plus ça permet de servir une cause plus grande. De dire plus il y aura de professionnels, plus il y aura d’entreprises professionnelles pour s’occuper des animaux et moins il y aura des particuliers qui feront n’importe quoi.

Et plus il y aura de chiens heureux dans ce monde.

Mais c’est ça aussi, parce que le service n’est pas connu. Il y a plein de gens quand je les croise dans les parcs avec 5 ou 6 chiens autour de moi, les gens me font « han, mais  ils sont tous à vous ? Vous avez une grande famille dis donc ! » Non, non ils ne sont pas tous à moi ! il n’y en a qu’une qui est à moi et tous les autres ne sont pas à moi, je suis promeneuse de chiens ! Les gens ne connaissent pas du tout ce métier, ils demandent : « mais vous gagnez votre vie avec ça ? » Mais bien évidemment que je gagne ma vie avec ça, c’est une vraie entreprise, c’est structuré et j’ai des clients qui sont arrivés comme ça, en me croisant dans un parc et en me disant « mais c’est génial, c’est exactement ce dont j’ai besoin, parce que j’en ai marre de rentrer tous les midis, de faire mes 20 minutes de voiture le matin, je travaille et je rentre le midi, je me fais mes 40 minutes aller retour pour juste aller promener mon chien pendant 20 minutes, c’est bénéfique pour personne. Si j’avais quelqu’un qui avait les clés de la maison, qui venait chercher mon chien à 11h, et qu’il le ramènerait à 15 ou 16h, et bien c’est sérénité pour tout le monde. » Le chien est bien et l’humain derrière peut se concentrer sur ce qu’il y a à faire son boulot, son machin, enfin toute sa vie. 

J’adore t’entendre parler de ton activité et je pense que tout le monde en entendant va sentir la passion, à quel point ça t’anime et ça fait plaisir d’entendre ça. Je t’ai aussi invité dans cet épisode par ce que cet épisode que nous sommes en train d’enregistrer sera le centième !

WHAOUH ! Joyeux anniversaire de podcast !

Les étapes pour en arriver là

Merciiii ! Et je suis trop contente parce que nos chemins se sont croisés plusieurs fois, mais encore plus quand tu as décidé de faire partie de Comète. C’est aussi là évidemment que moi j’ai découvert à quel point il y avait une structure derrière les promeneurs de chien, que moi je voyais plus comme un job étudiant parce que j’avais plus le référentiel américain, tu vois les étudiants avec tous les chiens. Pourquoi t’as décidé de faire Comète ? C’est-à-dire, pourquoi as-tu décidé d’investir vraiment dans ta communication et te dire OK il faut que les gens me connaissent plus ?

Quand j’ai lancé l’entreprise, je savais qu’il fallait que j’utilise les réseaux sociaux pour me faire connaître. Je me suis dit de toutes façons c’est un moyen, c’est une carte de visite, ça je l’avais bien en tête. Donc j’ai lancé d’abord la promenade de chiens. J’ai commencé à prendre connaissance des réseaux sociaux, de ma comm, je me suis tenté des petits flyers. J’ai bidouillé des trucs, comme tout le monde en fait ! On bidouille tous ! On lance, on va chercher les trucs gratuits à droite à gauche, et puis à un moment donné, c’était cet été, je me suis dit bon bah là maintenant il y a un deuxième projet qui va s’intégrer à la promenade de chien, il y a l’accompagnement le programme pour les professionnels et là je me suis dit « panique » ! Là je galère avec une seule entreprise à gérer sur un réseau social, il va falloir que j’en ai une deuxième qui s’intègre là dedans et je voulais que ça soit bien fait, que ce soit logique, qu’il y ait quelque chose de fluide et puis pour moi aussi j’ai senti que c’était le moment qu’il fallait que je me professionnalise de ce côté là et donc que j’avais aussi besoin d’aide. Mais à l’époque je me disais « ben je sais pas, je sais pas, j’ai besoin , est ce que j’ai pas besoin, Lauriane, Comète, pas Comète ! « , voilà quoi.

Et je me souviens que dans le premier truc que tu m’as dit c’était que t’avais pas la mesure de tout ce qu’il y avait dans une stratégie de communication et que pour toi c’était Instagram et Facebook !

Moi c’était juste Instagram et Facebook ! Quand j’ai intégré, je pensais pas qu’on allait voir tout ce qu’on a vu, et que j’allais comprendre tout ce que j’ai compris par la suit, et ce que ça allait changer dans la globalité en stratégie globale d’entreprise. C’est la stratégie de communication, mais en fait c’est aussi la stratégie globale d’entreprise dont on parle, et je n’avais pas du tout cette notion là au départ. Pour moi on allait voir en effet comment utiliser Facebook. Bah oui, on a parlé de Facebook, mais en soit on s’en tape. Le niveau était beaucoup plus élevé que ça. C’était ultra important de voir les autres choses.

Le persona la la la 🎶

Ce que j’avais beaucoup aimé aussi, c’est que dans les conversations qu’on avait, au moment où on s’est parlé, tu avais pris des vacances avec pour but de créer ta formation et vu que tu avais un peu peur qu’on fasse à peu près que Instagram et Facebook, je t’avais dit je pense que c’est pile le bon moment pour que tu viennes dans Comète, juste avant la création de ta formation et je me souviens qu’une fois que tu as découvert le persona…

La RÉ-VO-LU-TION ! La révolution du truc quoi ! C’est fou parce que moi je faisais partie de ces gens qui pensent qu’ils connaissent leur persona mais qu’en soit ce n’était pas si important que ça. Oui, mon persona pour les promenades, ce sont des personnes qui ont un chien et qui habitent à Nantes, OK, et puis pour la formation c’étaient des professionnels du monde animalier. Voilà c’est bon, je le connais mon persona, y’a pas besoin ! Et là, la lumière s’est allumée une fois que tu nous as expliqué réellement ce que c’était ! Ça a été vraiment pour moi un changement, à la fois pour l’accompagnement parce que très clairement après ça je me suis dit OK on va reprendre les bases on va peut-être pas terminer l’accompagnement pendant ces cinq semaines de vacances, mais on va lui mettre des bases solides basées sur ce persona, et ça change tout, mais aussi pour la partie promenade. Et là ça découle derrière, ça m’a permis d’être capable de remplir un calendrier éditorial. Parce que en fait , bien évidemment j’avais l’outil, je l’avait téléchargé comme tout le monde mais il était vide ! J’ai galéré à trouver des idées, et en fait l’étude du persona pour la promenade du chien m’a vraiment donnée une multitude d’idées de ce que je pouvais mettre dans mon calendrier éditorial pour ensuite aller vraiment attirer des clients via mes réseaux sociaux. Ce que je tentais de faire avant et qui ne fonctionnait pas hyper bien, et une fois que j’ai vraiment compris aussi ce persona là, ça a changé pas mal de choses .

Il me semble, et tu vas me corriger si je me trompe, mais que tu as découvert un autre aspect du persona. C’est quand tu as commencé à aller parler aux gens, des professionnels du monde animalier. Tu as commencé à leur parler dans le but d’en apprendre plus sur eux et tu leur as un petit peu parlé de l’accompagnement que tu étais en train de créer, que tu as fait le lancement de ton accompagnement et que tu avais déjà presque tous tes clients dedans grâce à l’étude de ton persona !

J’ai créé mon questionnaire, j’ai osé parce que du coup j’ai compris qu’il fallait aller parler aux gens ! Donc quand j’ai compris ça, j’ai pris mon petit bâton, je suis allée parlé aux petsitters,  aux éducateurs, à tout le monde. Il y a des gens qui ont hyper bien accroché et qui mon dit :  » si tu fais ça,  moi je prends direct « . Ce sont des gens qui m’ont dit ça au mois d’août, et qui ont vraiment pris au mois de novembre ! Il y a une des participantes de la session de novembre qui m’a dit : «  Agathe il faut absolument que tu nous mettes une partie juridique parce que c’est la galère, les contrats, les factures, on ne sait jamais ce qu’il faut mettre, ça se contredit dans tous les sens. » J’ai dit oui, donc je suis allée chercher une juriste, qui a fait un live et on a fait un truc hyper bien. On a appris plein de choses, moi y compris. Si je n’avais pas fait l’étude de mon persona, jamais je n’aurais eu l’idée ou la certitude qu’il fallait que j’aille voir une juriste pour qu’elle intervienne dans l’accompagnement. Donc ça c’est typique de ce que le persona m’a apporté pour cet accompagnement. 

Le lancement

Du coup, est-ce que ça t’a aussi apporté de la sérénité de te dire que tu allais faire un lancement mais que tu avais déjà des gens qui t’attendait et qui étaient prêts à acheter ? Au final, tu as fait combien de jours de lancement avant que toutes les places soient prises ? 

À la base je me suis dit c’est une bêta, donc il me faudrait cinq personnes, mais si j’en ai trois, je fait une danse de la joie ! En fait, j’avais les trois cinq heures après avoir ouvert le truc et je m’étais dit bah je fais une semaine de lancement, et j’ai dû fermer au bout de 4-5 jours parce que j’avais déjà huit personnes ! Vu que c’était la première fois aussi où où j’allais me lancer à faire des lives devant plusieurs gens, je n’étais pas hyper sûre de moi, ce qui est un peu normal quand tu lance aussi quelque chose de nouveau. Je voulais être sûre que l’impact soit réel sur les personnes. C’est pas le tout de vouloir faire quelque chose, si derrière ça leur sert à rien, ce n’est pas le but. Je voulais aussi limiter absolument le nombre de gens pour avoir leur retour et là j’avais huit personnes, STOP, c’est beaucoup trop, on arrête là ! C’est génial, ça m’a permis de toucher tout le monde, il y avait 2 personnes qui n’avaient pas encore créé leur entreprise, j’avais 2 personnes qui faisaient de l’éducation, j’avais des gens qui faisaient du pet-sitting pour les chats. Je recoupais vraiment tous les professionnels et c’était exactement ce dont j’avais vraiment besoin.

Dans le coeur d’Agathe

Et maintenant que tu as du recul sur tout ça, c’est quoi la plus grande fierté dans ton business ?

Elle est globale entre mon business et moi, mais je suis hyper fière d’avoir réussi à renaître de mes cendres. Parce que très clairement quand je suis parti de ma boîte, je n’en avais pas conscience mais je n’étais pas dans un bel état, vraiment pas. C’était une super expérience ces 10 années précédentes et tout mais ça m’avait un peu cassé moi-même, et puis je m’étais mis un masque de quelqu’un qui n’ était pas vraiment moi. J’ai dû redémarrer à zéro, toute seule, en partant de rien, zéro contact, je n’avais pas de réseau. Je n’avais rien, je me suis dit allez j’y vais. Je suis hyper fière de ce que j’ai. Je suis hyper fière d’avoir tous mes clients qui kiffent, qui reviennent mois après mois pour faire les promenades de leur chien et ils ne veulent pas que ça s’arrête. Et je suis hyper fière des 8 femmes qui m’ont fait confiance sur la première version de l’accompagnement parce que ça leur a apporté vraiment quelque chose pour de vrai, et on a gardé des liens qui sont hyper forts, on se parle régulièrement dans le groupe Slack, où finalement j’ai décidé de le garder ouvert ad vitam aeternam parce que je ne veux pas m’arrêter de parler avec elles. C’est notre petit groupe ! À la prochaine session, il y a de nouvelles personnes qui vont rentrer dans ce groupe qui est déjà défini et je suis hyper fière de réussir à les aider , et de me dire que ce par quoi je suis passée avant n’a pas servi à rien et si ça peut leur permettre d’aller plus vite, franchement c’est trop cool !

Est-ce que dans l’entrepreneuriat, il y a eu un moment où ça a été difficile mais tu as réussi à surmonter ça et limite, après, c’est comme si tu portais vraiment ta couronne, tu étais vraiment en mode OK, « Agathe » the power ? 

J’ai encore un petit problème d’estime de moi pour être capable réellement de la porter fièrement, mais j’ai plus confiance en moi grâce aux retours que j’ai. Je commence à me dire que ce que je fais ça peut vraiment aider et ça c’est trop cool. Pouvoir vraiment aider des gens à développer leur entreprise et que derrière ça puisse les aider à avoir une belle vie mais aussi aux animaux à avoir un vrai professionnel en face d’eux et pas forcément quelqu’un qui est là pour faire de l’argent de poche, pour moi c’est tout gagné.

Ses recommandations

Est-ce que il y a des femmes que tu as envie de recommander ? Des femmes dont tu as envie que le monde découvre davantage ?

Lauriane de Get your Com ! Non mais c’est vrai ! Tu as eu un tel impact dans mon entreprise, je ne ais pas si tu le réalises, je te l’ai déjà dit ! Via Comète et via aussi nos échanges, tu as eu un tel impact que je recommande à tout le monde une Lauriane dans sa vie ! J’arrête pas de recommander ton challenge avec les filles genre « faut y aller !! » Lauriane va donner plein d’infos vous allez voir ça va être trop cool ! » Et l’intervention que tu avais fait dans la première session de l’accompagnement, c’est le meilleur que les filles ont eut et ça leur a retourné le cerveau ! Elles ont aussi compris réellement l’intérêt de tout ça. Donc vraiment si j’ai quelqu’un à recommander, à 200% c’est toi ! 

Merci beaucoup ! Et puis je pense qu’on peut faire aussi un shout out à quelqu’un d’autre qui nous a beaucoup aidées toutes les deux dans notre aventure entrepreneuriale, c’est Safia ! 

C’est clair, Safia quoi ! Quand je suis rentrée dans son programme, comme à toi, je lui ai laissé des vocaux. Si je les écoutais maintenant je me dirais « mais c’était qui cette personne » ! Je crois que Safia, quand j’ai pris  son accompagnement, sa formation, je lui ai dit « écoute, maintenant que la dépense est faite, je n’ai plus qu’à gagner de l’argent au moins de l’équivalent de la dépense que j’ai faite ! » Je lui ai laissé un truc comme ça ! Voilà je viens de mettre je sais plus combien dans sa formation maintenant il faut que je gagne au moins ça grâce à toi ! 

Ça va tu ne mets pas du tout le pression aux gens ! 

Non pas du tout ! En fait le truc c’est que je réalisais même pas, j’avais aucune réalité. C’était au-delà du financier mais ça je l’ai compris après. Mais à ce moment-là je ne le comprenais pas. Ce n’est pas forcément évident. Moi je suis vraiment une newbie de ce monde de l’accompagnement, des formations en ligne, le fait de se former par toi-même en sortant tes propres deniers sans utiliser ton CPF, moi je l’avais jamais fait avant et c’est vrai que t’as une petite pression personnelle. Tu sais pas trop. Tant que tu n’a pas commencé et que t’as pas compris réellement ce que ça allait t’apporter dans ton entreprise, dans ta vie, dans tout ça, moi j’étais hyper factuelle, je suis vachement sur les chiffres, il faut que ce soit carré et du coup je ne regardais que ça. J’avais pas compris tout le reste à côté.

Un investissement sur soi

Est-ce qu’on est d’accord que à partir du moment où tu fais un investissement qui est conséquent pour la personne que tu es au moment où tu fais l’investissement, mais que derrière tu as un tel retour, ça te débloque un truc ? Tu te dis « bah c’est bon, investir sur moi c’est devenu une pratique commune ! »

Mais grave ! Quand je vois déjà avec l’accompagnement de Safia, j’ai gagné 5 ans, facile, de développement d’entreprise, et encore sans ça, l’accompagnement n’existerait pas. Il y a plein de choses qui n’existeraient pas et je n’en serais pas du tout là. Sans Comète, c’est pareil. À mon avis l’accompagnement ressemblerait à un truc mais je me demande à quoi parce que j’aurais jamais osé aller voir les gens pour leur demander ce dont ils avaient vraiment besoin, et en plus j’aurais jamais osé vendre parce que sans connaître ton persona comment tu veux lui vendre quelque chose ? Pour moi, ça me fait un gros changement un investissement mais quand ça change tout dans ta stratégie d’entreprise et ta manière de voir les choses, et comment toi tu te comportes, après c’est addictif .

Il y a aussi le fait que si on revient sur le côté très pragmatique et très chiffre que tu as ,genre tu dis OK j’ai investi 500€ dans Comète, derrière tu gagne 3200€. Quand tu fais le ratio tu fais un truc du genre OK ben en plus y’a l’argent qui vient derrière parce qu’il y a tout ce que t’as dit mais il y a aussi tout ‘argent qu’il y a derrière donc en fait tu te dis, bah go ! On va continuer à investir ! 

Mais carrément ! Au total j’ai du investir 1500€ plus des formations , on va dire 1800€ au total pour sortir cet accompagnement, sans compter les investissements matériels et j’ai dit bah voilà en premier je gagne 3000 €, bon bah OK, puis en plus je l’aurais pas fait et puis au-delà de la finance personnellement c’est un truc de malade .

Je suis hyper d’accord avec toi mais, pour toutes les personnes rationnelle, il faut leur dire évidemment on parle de tout le truc de malade, de la confiance que ça développe du fait que tu passes enfin à l’action. Effectivement que tu gagnes du temps mais il y a aussi un retour sur investissement.

Et même là on ne parle que de l’accompagnement, mais moi aussi toutes les promenades, ça s’est développé de fou parce que je fais ma communication différemment, j’aborde les choses différemment vis-à-vis de mes clients. J’ai mis en place un questionnaire de satisfaction pour mon entreprise . Plein de chose vraiment pour mon entreprise, au-delà de créer une formation il y a aussi l’entreprise qui doit tourner à côté et clairement ça s’est aussi développé de fou et sur mon questionnaire de satisfaction j’ai des retours qui sont hyper positifs sur ma communication, comment je parle, toutes ces choses là où les gens aiment bien. Ils aiment beaucoup et ça leur donne envie. Aujourd’hui, j’ai des gens qui viennent me voir via Instagram pour me demander si j’ai de la disponibilité pour faire des promenades parce que ce que je présente leur donne envie. 

La chronique canine made by Agathe

D’ailleurs, si vous aimez les chiens de manière générale, je vous invite grandement à les regarder avec le compte Instagram d’Agathe qui est devenu ma série Netflix ! Parce que chaque chien a un nom, mais en plus de ça on finit par s’attacher au caractère de chaque chien. Je pense que par exemple le déménagement de Païko ça a signé la fin d’un épisode long terme de de la série, comme quand il y a un personnage qui meurt dans Game of Thrones ! 

l y a eu quelques larmes de versées, pas que de moi, au départ de Païko. Il y a énormément de gens qui sont revenus vers moi pour me dire « oh non !! » . Il y a même quelqu’un qui m’a dit « je suis trop triste que Païko soit parti mais ça m’a fait découvrir cette race que je ne connaissais pas. » La personne était hyper contente d’avoir découvert cette race car potentiellement ça pourrait être un chien qui pourrait l’attirer dans le futur, pour avoir un petit pincher comme Païko. Je trouve ça cool parce que ça permet de montrer d’autres côtés de la race qui peut-être que certaines personnes ne va pas forcément attiré et en fait il se rendent compte que c’est des petits clowns sur pattes, trop rigolo !

Je trouve qu’il y a vraiment ce côté hyper attachant ! Par exemple si je tourne la tête et je ne regarde plus ta Story, si j’entends la musique des petits trous je sais qui je vais voir sur l’écran ! Si je n’ai pas encore mis le son, que je lance ta story, et qu’il y a une grosse flaque d’eau, je sais aussi qui va être dans la flaque d’eau !

C’est ça que j’aime beaucoup retransmettre dans les stories, c’est l’attachement particulier que j’ai pour chaque chien, parce que chaque chien est différent. C’est ça aussi qui est important de comprendre est j’espère que je le fais réaliser à des gens qui connaissent un peu moins bien les animaux, le chien c’est une affaire de race évidemment et c’est aussi une affaire de caractère. 

J’ai un petit gang de cockers, ils sont quatre maintenant OK ce sont des chiens énergiques, qui sont un peu fou fou, qui font les sauterelles et tout, mais chacun a sa personnalité, chacun a ses petits trucs différents et c’est ça aussi qui est hyper important. Un chien n’est pas juste un chien. Un chien a sa personnalité, son caractère, il y a des choses qu’il aime, des choses qu’il n’aime pas, et selon le chien, c’est différent et le retransmettre en Story je trouve ça cool et que les gens arrivent à le percevoir parce que ça montre que son chien a une personnalité réellement et il faut la prendre en compte pour vivre avec lui au quotidien.

C’est sur ces mots merveilleux que nous allons conclure ce 100ème épisode. 

Le 100ème c’est ouf ! 

Oui, je suis trop heureuse que tu sois là, merci beaucoup pour tout ce que tu as partagé

 Avec grand plaisir !

Le mot de la fin

 J’espère vraiment que ça va aider les gens à prendre conscience que déjà il y a un vrai métier qui existe derrière, les pet preneurs, les promeneurs de chien etc,  et peut-être que ça va faire naître des vocations chez des gens qui se disent mais exactement ce que je veux faire de ma vie !

Mais oui, il en faut ! Parfois les gens viennent me parler et ils sont surpris que je leur réponde,  ils sont surpris que je leur donne toutes les infos que j’ai pour devenir petsitter, promeneur de chien. Mais il en faut de plus en plus, y’a énormément d’animaux de compagnie en France dans les villes et on est pas assez, il ne faut pas croire que le marché est saturé, bien au contraire. Plus il y aura de monde, plus il y aura d’entreprises qui tiennent – parce que c’est aussi ça le risque quand on se lance, on ne gère pas son entreprise n’importe comment, on vient voir Tata Agathe sinon on ne survit pas 2 ans ! Alors hop si on veut tenir longtemps, on fait les choses bien, on ne se met pas sur les tarifs des particuliers parce que ça ne sert à rien. Il faut vraiment bien calculer ses tarifs, bien calculer ses frais, et après avec une entreprise qui roule sur des années, c’est génial parce que ça veut dire que vous pouvez suivre les même chiens, pendant 2 ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans, et là vous avez des clients réguliers, des revenus réguliers, et tout se passe bien.

Merci beaucoup !

Merci à toi !

Écrit par Amandine

ARTICLES SIMILAIRES

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This