Agathe : le pouvoir de la créativité

par | Déc 23, 2021 | 0 commentaires

Agathe, au départ, elle était rédactrice web et elle s’est rendue compte que ce qu’elle adorait faire, c’était aller creuser dans la créativité de certains de ses clients pour réussir à l’exprimer. Elle s’est aussi rendue compte que beaucoup de ses clients n’osaient pas affirmer toute la créativité qu’ils avaient en eux. Elle a donc fait le choix de transitionner pour devenir coach de créapreneurs et elle te raconte tout ça dans cet article.

Présentation d’Agathe Rocher

Bonjour, je m’appelle Agathe.
Je suis coach web pour les entrepreneurs créatifs que j’aime appeler les créapreneurs. D’ailleurs, c’est le nom de mon site web créapreneurs.fr. En fait, j’aide ces entrepreneurs créatifs à vraiment s’approprier leur communication sur Internet grâce à une boite à outils adaptée aux créatifs et une boite à outils efficace tant qu’à faire. Et ça peut passer par leur site web. Comment les aider à mieux communiquer sur leur site Web ? Les réseaux sociaux, leur éventuelle newsletter ? Et je fais ça en prenant en compte trois grandes étapes que j’ai déterminées à force de coacher des personnes. D’abord, réfléchir aux conditions d’épanouissement professionnelles et personnelles de la personne en prenant en compte du coup, la créativité et l’entrepreneuriat, puisque la personne avec qui je travaille, c’est un créapreneur. Ensuite vraiment aller creuser le client idéal et tout ce qui est communication et enfin adapter tout ça à l’écosystème du Web au contenu pour que ce soit cool, en fait, à faire, parce que des fois, ça fait un petit peu peur, Google, les algorithmes, le référencement et tout ça. Mais il y a moyen de faire des choses très sympa et de s’approprier tout ça et d’adapter l’écosystème du Web à ses valeurs. Voilà.

L’importance de la créativité

Merci beaucoup. Depuis combien de temps tu es lancée et comment tu as décidé de te lancer dans tout ça ?

Ça fait à peu près un an que je suis lancée. J’ai commencé dans la rédaction web, mon cœur de métier et je me suis très rapidement rendue compte que quand j’accompagnais mes clients. J’écrivais leur page d’accueil par exemple, je faisais toujours une visio de 30 minutes, une heure, voire plus, pour leur poser des questions ou faire un briefing : quelles étaient leurs cibles, leurs valeurs et tout ça. Pour vraiment écrire une page d’accueil qui leur correspondait à eux, à leurs clients, et puis à Google.

Et je me suis rapidement rendu compte que j’avais besoin d’aller creuser plein de sujets. Par exemple, le client idéal pour écrire des textes pertinents. Et en fait, je me suis dit que finalement, c’était presque un accompagnement, ce que je faisais et je me suis rendue compte que ça me plaisait énormément. Cette approche, c’est ce qui me plaisait le plus dans mon métier. J’adore écrire aussi, mais ce qui me plaisait beaucoup et je me suis dit en fait… Naturellement, je me suis dit en fait, je vais me tourner vers l’accompagnement parce que je le fais naturellement déjà avec mes clients. Et voilà.

Et comment tu as décidé de te concentrer sur les personnes créatives ? Et pourquoi la créativité a pris autant de place dans ton aventure ?

Oula, grosse question. Alors faudrait pas que… Je pourrais en parler des heures et des heures, mais je vais essayer de la faire courte. À la base, j’ai un parcours ingénieur. Je suis diplômée ingénieur. Je suis très créative, une personne très créative de base, et je l’ai beaucoup étouffée en fait, dans mon enfance, dans mon adolescence même pendant mes études d’ingénieur, parce que j’avais l’impression qu’il y avait une dualité entre mon côté scientifique et technique de l’ingénierie et mon côté créatif. Et je me suis rendue compte que c’était très, très bête d’en faire une dualité. C’est plutôt complémentaire. Mais bon…

En fait, le fait de devenir entrepreneure, de pouvoir exprimer ma créativité à 100% et de voir que ça me rendait heureuse, et ben je me suis dit chouette : en fait je pourrais aider d’autres entrepreneurs créatifs à rayonner aussi et à utiliser leur créativité pour leur communication. En fait, j’ai eu un peu une illumination au milieu de la forêt, donc il y a peut-être aussi une petite part de mystère. Je n’ai pas encore toutes les explications.

OK, et du coup, c’est hyper intéressant ce que tu dis. Parce que comment tu exprimes ta créativité dans ce travail d’entrepreneure ?

Dans l’écriture, beaucoup dans la publication de posts sur les réseaux sociaux, dans les solutions que j’apporte à mes clients aussi, je suis très, j’ai beaucoup d’idées qui pop un peu tout le temps et en fait, c’est super utile. Quand j’ai un client qui est coincé et qu’il a besoin d’une solution et je peux lui proposer plein de solutions et il choisit celle qui lui parle, ou alors on réfléchit ensemble, on fait des brainstorming et on réfléchit à une solution adaptée à son univers.

Cassons les idées reçues sur Linkedin

Est-ce que tu as un réseau social que tu préfères du coup pour exprimer ta créativité ?

Alors, j’ai tout de suite pensé à Instagram. Ce que je pense que c’est peut-être l’endroit. C’est très visuel, donc c’est peut-être l’endroit où, entre guillemets, c’est le plus simple d’exprimer sa créativité. Mais aujourd’hui, je ne suis que sur Linkedin au niveau pro. Je me suis concentrée d’abord sur Linkedin et on peut pas mal exprimer sa créativité, même si on pourrait penser le contraire. Parce que c’est du texte, c’est beaucoup des mots. Et avec les mots, on peut faire, on peut carrément exprimer sa créativité.

La créativité sur Linkedin

Et comment, justement, tu arrives pour les personnes qui nous écouteraient, qui verraient encore Linkedin comme vraiment le réseau social sur lequel tu dois être quand tu cherches un taf. Et c’est tout. Et ceux qui ne voient pas tout ce côté créatif de LinkedIn ? Comment tu arriverais à leur donner envie d’y aller ?

Je leur dirais de ne pas hésiter à suivre parce qu’on peut se connecter et demander une connexion. On peut aussi juste suivre la personne et la personne est au courant, si elle regarde ses notifications. Mais elle peut ne pas être au courant. Donc, suivre des personnes inspirantes parce qu’il n’y a pas que des CEO et des hommes d’affaires en cravate sur LinkedIn.

C’est vrai qu’on se dit facilement ça, mais ce n’est pas vrai. J’ai plein de contre-exemples en tout cas. Et voilà suivre des gens qui nous inspirent, créatifs, qui partagent des choses super chouettes, qui publient régulièrement. Je dirais commencez par ça parce que c’est vrai que c’est un peu intimidant Linkedin au début. Donc, regardez un petit peu avec un œil curieux son fil d’actualité. Si on a suivi des gens inspirants et intéressants, c’est déjà bien.

Après moi, je dis quand on a envie de publier sur Linkedin, vraiment publier régulièrement, franchement il faut se lâcher et il faut montrer sa singularité, parce que sinon, on écrit tous la même chose et c’est nul. Si on était tous pareils, on s’ennuierait vraiment, vraiment beaucoup dans la vie. Et voilà pourquoi Linkedin n’aurait pas le droit… Linkedin accepte avec grand plaisir, même les algorithmes acceptent avec grand plaisir que l’on fasse, je sais pas moi on peut écrire un poème, en publication Linkedin. Il y a des gens qui adorent, moi je suis une décoratrice d’intérieur qui écrit des poèmes tous les jours, je crois. Et elle a plein de gens qui la suivent, et voilà. Il ne faut pas hésiter à sortir un peu de cette petite boîte là qu’on pense être Linkedin qui n’est pas vraiment Linkedin.

Créativité et organisation

Et maintenant qu’on est venu casser la croyance comme quoi Linkedin, ce n’était pas pour les créatifs. Il y a une autre croyance qu’il y a souvent c’est que les créatifs, ils ont des idées tout le temps. Ils ont des idées, des moments où l’inspiration fuse et ils ne sont pas organisés. Est-ce que tu es d’accord avec ça ou pas ?

Alors je ne peux pas vraiment m’exprimer parce que je ne connais pas tous les créatifs sur la Terre. Mais j’aurais tendance à dire oui et non. C’est vrai que dans ma tête, un créatif souvent a beaucoup d’idées, mais je ne vois pas en quoi ça le rend désorganisé forcément.

Parce que généralement, tu as cette idée de « Je suis un créatif. Donc, je prends pas d’organisation parce que je sais jamais quand ma créativité va s’exprimer ou comment l’inspiration va être là ».

Je crois être plutôt quelqu’un d’organisé, en tout cas, on me dit que je suis organisée et je ne pense pas que c’est incompatible avec ma créativité. Et en même temps, parfois, ça pop, les idées popent à des moments… Vraiment, on a pas envie que ça pop maintenant genre sous la douche parce que clairement prendre un carnet et un stylo sous la douche, ce n’est pas très pratique, mais je pense qu’il faut. Encore une fois, il faut apprivoiser et s’approprier sa créativité, et on peut faire avec. On peut l’utiliser à bon escient et malgré tout, être organisé.

Par exemple, dès qu’on a une idée, on la note parce que sinon, on va l’oublier. Ça, c’est un truc. Il faut pas se dire qu’on va se rappeler de notre super idée. Il faut la noter et on la note. Après, on peut avoir un carnet qui semble désorganisé avec toutes nos idées. Et puis, je ne sais pas. Une fois par mois, on retourne voir ce carnet. Et puis on range, on trie, on met sur un Word sur Notion, je ne sais pas et après, on exploite en fait toutes ces idées. Et on en fait quelque chose de chouette !

Renouer avec sa créativité

Et comment tu conseillerais aux personnes qui soit n’ont pas l’impression d’être créatives, soit sentent qu’il y a une créativité, mais qui n’arrivent pas à trouver comment l’exploiter. Comment tu leur conseillerais de renouer avec leur créativité ?

C’est une excellente question Lauriane.

En fait, les idées, souvent, enfin la créativité, elle s’exprime un peu partout, en fait dans notre vie, et il faut la laisser entrer. Bah, par exemple, pour moi, ce qui marche beaucoup pour laisser entrer la créativité, c’est de marcher dans la nature ou par exemple de jardiner ou de faire une activité manuelle. En gros, faire une sorte d’action mécanique qui laisse le cerveau un petit peu partir, un petit peu faire sa petite vie et je trouve que là, notre créativité peut s’exprimer.

Et peut-être que les personnes qui, comme tu dis, peut être que les personnes qui trouvent qu’elles sont créatives, mais elles sentent qu’elles n’exploitent pas le plein potentiel de leur créativité ou d’autres qui aimeraient être plus créatives ou peut-être qu’elles pourraient faire ce genre d’activité, des activités manuelles en fait, tout ce que tout ce qu’ils ont envie de faire. Ça sert à rien de s’obliger à faire du jardinage si on n’aime pas le jardinage. Mais voilà, des petites actions, je pense mécaniques ou des activités manuelles pour libérer un peu cette créativité, qu’ils ont peut-être entassé dans un coin. Et en fait, elle est là, mais ils n’arrivent pas à la capter.

Fierté, succès et lien avec la créativité

Et c’est quoi la plus grande fierté dans ton business ?

Je ne sais pas si c’est une fierté, mais en tout cas, c’est quelque chose que j’ai en tête tous les jours.

J’ai ma petite voix qui me dit sois toi-même et ce sera pour le mieux. Et c’est ce qui me rend heureuse, en fait. Et je pense que du coup, je ne sais pas si c’est une fierté. Mais bon, je pense que ma fierté, ce serait du coup d’avoir un business qui me ressemble, avec lequel je suis à l’aise et qui me rend heureuse.

Ça peut être une sacrée fierté ça.

Après voilà, c’est un défi. Enfin, c’est un défi de tous les jours. Cette petite voix me dit : « N’oublie pas de rester toi-même ». D’ailleurs, juste avant cette interview, ma petite voix m’a dit ça, elle m’a dit tout va bien se passer si tu restes toi-même. Et voilà. Mais c’est un sacré challenge parce que ça va vite je trouve de vouloir être quelqu’un d’autre. Ça va vite si on ne s’écoute pas.

Est-ce ce que ça t’es déjà arrivé ?

Bah, quand j’ai fait mes études d’ingénieur ouais.

La créativité comme un besoin sauvage

Et comment tu as réussi à accepter cette créativité qui montait en toi, ce besoin d’être toi-même ?

J’ai rien accepté. C’était un besoin, un besoin sauvage et je ne pouvais pas faire autrement. Pour dire j’ai failli tout arrêter, j’ai failli arrêter avant d’avoir mon diplôme d’ingénieur. J’allais tout claqué. Je suis partie en tour du monde en 2020 parce que je n’en pouvais plus d’être dans ses études.

En fait, j’ai adoré mes études d’ingénieur, mais en même temps, je me sentais pas du tout à ma place. Enfin, j’ai appris plein de choses et ça, j’adore apprendre des nouvelles choses. C’est chouette, mais je ne me sentais pas à ma place. Je sentais qu’il manquait un truc. J’ai fait une césure, avant d’avoir, juste avant d’avoir mon diplôme. J’ai fait une césure d’un an. Je suis partie en tour du monde. On a été confinés. Moi, j’étais confinée au Sri Lanka et je me suis mise à écrire un roman. Et je pense que c’est ça un peu, le point de départ. C’est ma créativité, elle a explosé et j’ai tout mis dans mon premier jet de roman. Et là, c’était… Maintenant que j’avais pris cette voie là, je pouvais plus m’arrêter quoi.

Le syndrome de l’imposteur

Et est-ce qu’il y a un truc qui a été un peu compliqué à vivre dans ton aventure entrepreneuriale et ce qui m’intéresse surtout derrière, c’est comment tu as réussi à franchir ce truc ?

Bon, ce n’est pas très original, finalement parce que je pense qu’on est presque tous à vivre ça, mais je dirais le syndrome de l’imposteur. Je ne sais pas si je le vis, si je l’ai ou quoi. Je n’en sais rien, mais en tout cas, je me suis déjà sentie illégitime.

Et ce qui m’aide à sortir de cette spirale, c’est un peu de me dire si mes clients actuels et mes anciens clients sont satisfaits, et me le partage, en fait, c’est qu’il n’y a pas de problème. C’est peut-être ça un petit peu qui m’aide à me sortir de ça, mais je ne l’ai pas chassé à tout jamais, je pense.

J’ai fait un épisode de podcast sur le syndrome de l’imposteur et c’est justement ce que je mettais, c’était de garder tous les petits mots de nos clients pour justement se rappeler que : « Allez, on est capable, on le fait. Et puis on a un impact sur les gens. Donc on y va et on arrête de se prendre la tête avec des problèmes de légitimité. » Qu’est-ce qui t’apporte de la joie dans ton quotidien ?

Oh tellement de choses. Mon chat parce que du coup, je travaille depuis chez moi et mon chat est là et j’adore. C’est ma collègue en fait. Prendre mon café noir sur ma terrasse. J’adore le contraste entre le frais et le chaud du café. Parce que du coup, je le prends le matin quand il fait frais.

J’adore quand ça m’arrive encore, du coup, de rédiger pour des clients juste entre guillemets, juste faire de la rédaction web. J’adore être dans le flow et écrire et je sens que les mots viennent naturellement, et ça vient. Et ce que j’écris, c’est OK. J’adore quand je ne me rends même pas compte que je suis en train d’écrire et ça défile, ça défile, ça défile. Quand je suis super inspirée quoi, en gros, j’aime trop recevoir des retours positifs de mon travail avec mes clients. Et en général, j’aime beaucoup les visios aussi. J’aime bien les échanges avec mes clients, les accompagner, ça me donne de l’énergie, presque. C’est incroyable. J’adore trouver des solutions ensemble et voir l’évolution de mon client et voir qu’il s’épanouit et qu’il a appris plein de choses grâce aux accompagnements.

Donc, au final, chaque tâche de ta journée d’entrepreneure te donne de la joie ?

Presque oui. Franchement, oui, j’aime bien faire plein de choses différentes. Je m’ennuie vite, donc je suis contente que ce soit varié les tâches. Bon, la compta, on ne peut pas dire que c’est le truc le plus sexy du monde, mais voilà c’est utile donc …

Les recommandations d’Agathe Rocher

Oui, mais c’est tellement important. Écoute, merci beaucoup. Est-ce ce que tu aurais des femmes que tu as envie de recommander ? Des femmes qui font des trucs que tu as envie de recommander dans le podcast ?

Ouais, j’en ai plein. Il va falloir que je choisisse. Donc là, je pense à deux auteurs que je suis sur Instagram que j’adore : Élodie Lauret, elodie_lauret_ecriture je crois qu’elle s’appelle sur Instagram. Elle a écrit un roman qui s’appelle Le Chronophage. Et elle fait notamment un podcast qui est journalier. Et où elle raconte en fait comment elle vit l’écriture de son roman. Donc en fait, j’ai lu son livre et pendant des mois, je l’ai écouté en train d’écrire son livre et tout, tous les moments de doute. C’était super intéressant, du coup, parce que je la connaissais bien, j’avais beaucoup écouté. Puis après, j’ai lu son livre du coup c’était trop génial. Donc, elodie_lauret_ecriture sur Instagram.

Et l’autre auteur, c’est Maëva Rose. Je crois qu’elle s’appelle Roselivres sur Instagram, et pareil c’est une super auteure. Elle fait des romans policiers, elle et c’est trop, trop chouette. En fait, je trouve ça vraiment chouette de pouvoir lire des livres et de connaître un peu l’auteur derrière et savoir un petit peu quelles sont ses valeurs, son quotidien et tout ça. Je pense à elles deux. Après, j’en aurais trop. Je m’arrête là.

Et bien merci beaucoup pour ton temps et merci pour tout ce que tu as partagé avec nous. 

Écrit par Lauriane

ARTICLES SIMILAIRES

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This