Marie : « Il Faut aimer ce qu’on fait. »

par | Juin 22, 2021 | 0 commentaires

Aujourd’hui nous allons parler de marketing de réseau, ou de MLM en anglais. C’est un type d’entreprenariat dont on entend assez peu parler, et quand on en entend parler dans les médias, c’est pour nous dire que c’est une arnaque. C’est un petit peu trop résumé, donc j’ai invité une experte pour parler de marketing de réseau avec moi : Marie.

Présentation de Marie

Bonjour Marie, pour les gens qui ne te connaîtrait pas, est ce que tu pourrais te présenter rapidement s’il te plaît ? 

Je vais essayer, je m’appelle Marie donc,  j’ai 39 ans, j’habite en Alsace, qui est une super région, si vous ne connaissez pas faut venir, et je développe une marque de produits à base d’aloe Véra, en marketing de réseau. On va en parler je pense un petit peu plus tard, pour vous expliquer ce que c’est que le marketing de réseau

Qu’est-ce que le marketing de réseau ?

Mais on va même en parler tout de suite, explique nous tout ! Je n’en ai encore jamais parlé, sur le podcast, donc est ce que tu peux nous expliquer un petit peu ce que c’est? 

Alors le marketing de réseau, en fait il a plein de noms que vous pouvez avoir entendu : marketing de réseau, marketing relationnel, MLM qui est la version anglaise Multi Level Marketing, ou network marketing si vous êtes carrément anglophone.
C’est un canal de distribution qui est complémentaire avec la vente en magasin, la vente par correspondance, la vente à distance, et c’est un truc qui marche hyper bien, notamment aux Etats unis. Le concept en fait, c’est que c’est basé sur la recommandation. Ça veut dire que quand tu veux aller au ciné ou au resto, je sais en ce moment c’est pas possible ; mais dans l’absolu quand tu va au ciné ou au resto, si le ciné si le film t’as plu ou si le repas t’a plu, tu vas avoir tendance à en parler autour de toi et en fait le fait que tu en parles autour de toi, ça va faire qu’il y’a d’autres personnes qui vont aller voir le film, d’autres personnes qui vont aller manger dans ce resto. Donc en fait tu vas faire de la recommandation, mais tu vas pas être rémunéré pour ça. Le marketing de réseau, le principe, c’est que justement on va utiliser ça, la recommandation, le bouche à oreille, et que l’entreprise de MLM va rémunérer les distributeurs qui font de la recommandation. En gros là où une entreprise va mettre du budget dans de la pub, un MLM il va mettre ce budget sur les distributeurs, et sur le produit donc on va avoir des produits en général qui sont de très bonne qualité et des distributeurs qui sont rémunérés sur les recommandations.

L’entrée de Marie dans le marketing de réseau

Et pourquoi tu as décidé de te lancer dans ce milieu là ?

Alors moi précédemment, j’ai été dans la maintenance au bâtiment. Donc en gros je faisais de l’électricité, du chauffage, de la clim, rien à voir avec ce que je fais aujourd’hui. Je dis toujours je suis passé de la maintenance du bâtiment à la maintenance du corps.
J’avais une profonde envie de sens dans ma vie professionnelle, j’avais envie d’aider les autres, c’était vraiment quelque chose qui me tenait à cœur, qui me tient toujours à cœur d’ailleurs. Et puis j’avais besoin de prendre soin de moi, donc pour vous la faire courte, j’ai fait un gros Burn out il y’a un peu plus de deux ans maintenant je crois, deux ans et demi. Voila grosse quête de sens, et puis en fait Forever, l’entreprise de MLM avec laquelle je travaille, est arrivée sur ma route à ce moment là quand j’étais en quête de sens, et j’avais une forte envie de me lancer à mon compte, mais je pense que j’avais très très peur de me lancer seule, d’être indépendante. Je ne voulais pas être seule, et en fait le MLM permet ça. Tu es indépendant, tu fais ce que tu veux de ton temps, tu t’organises de la façon dont tu veux, mais par contre tu n ‘es pas seul, tu es dans une équipe, tu es accompagné, tu es aidé, et tu t’appuies sur une entreprise et des produits qui sont au top. Voilà l’idée.

Est ce que c’est un modèle qui t’a tout de suite attiré de faire du MLM ? Parce que du coup tu es passée de salariée à marketing de … moi je l’appelle MLM, j’avoue je ne savais même pas ce que ça voulait dire. Est-ce que c’est quelque chose qui t’a tout de suite plu, de fonctionner sous ce genre de modèle ? 

Alors en fait quand j’ai rencontré Hélène, Hélène c’est ma marraine chez Forever, donc la personne qui m’a fait rentrer dans l’activité, très honnêtement j’ai aimé son énergie, sa façon d’en parler, et dans ma tête je me suis dit tout de suite, ça va être un super complément de revenu. Ce que je n’ai pas dit sur le MLM, c’est que c’est aussi quelque chose qu’on peut cumuler avec une activité que ce soit une activité salariée, que ce soit un entrepreneur qui a besoin d’un complément de revenu, mais aussi en reconversion.
Et en fait ma première approche ça été de me dire ce sera un complément de revenu. Je vais lancer ma boîte de conseil pour les entreprises plutôt dans la maintenance comme ce que je faisais avant, et puis en parallèle je vais faire ça pour me faire un petit complément de revenu au début où ça va être un petit peu long à mettre en place. Et puis en fait plus j’ai creusée le sujet, plus je me suis rendue compte des possibilités qu’il y a avec le marketing de réseau, plus j’ai eu envie de me lancer dedans et en fait je n’ai jamais lancé ma deuxième entreprise parce que je m’éclate dans le MLM en fait. Du coup je vais dire MLM tout le temps comme ça tu ne seras pas perdue.

Hiérarchie & statut

Quand on passe de salariée à entrepreneure indépendante, même il y a plusieurs statuts, une fois sur deux on passe vraiment de : « j’ai un responsable et je dois rendre des comptes » à « je suis entièrement responsable de moi-même, de mon temps, et des comptes que je dois rendre ». Le marketing de réseau c’est un peu au milieu non ? 

Le MLM tu n’as pas de patron clairement. Tu n’as pas de patron, c’est à dire que j’organise mes journées mon temps comme je veux, je fixe mes propres objectifs. Il n’y a personne chez Forever ou ma marraine ou qui que ce soit qui me dit tu dois faire tel chiffre d’affaires ce mois ci. C’est moi qui décide de tout après je sais que selon les entreprises ce n’est pas tout à fait pareil. Il y a des entreprises qui demandent un minimum, chez Forever il n’y a aucun minimum obligatoire. Donc je m’organise vraiment comme je veux.
Par contre je n’ai pas encore parlé de la deuxième partie du MLM qui est le fait de développer une équipe. Quand tu développe une équipe, tu vas toucher des commissions sur le chiffre des personnes de ton équipe. En gros je parlais tout à l’heure de budget pub qui est réinjecté sur les distributeurs, en fait le budget RH et formation est aussi réinjecté sur les distributeurs. Quand je fais rentrer quelqu’un dans l’équipe, je la forme, je l’accompagne, je le forme, je l´accompagne, ça marche aussi avec les mecs même si on a beaucoup plus de femmes on ne va pas se mentir.
Je cherche la personne, je la recrute, je la forme, je l’accompagne, et du coup le budget Rh et formation Forever me le met à moi et donc quand tu développes une équipe. Donc Forever va te rémunérer là-dessus. Par contre il va te rémunérer à certaines conditions pour le coup tu es « obligé » de faire un minimum de chiffres d’affaires sur le mois, pour pouvoir toucher la commission sur ton équipe. En gros ça veut dire que si tu ne fous rien, tu ne touches rien, ce qui me semble assez sain comme concept. Donc tu es obligée de travailler un minimum pour toucher sur ton équipe quand même. Par contre le parrain, la marraine, n’a aucun rôle hiérarchique sur toi c’est vraiment quelqu’un qui va t’accompagner, qui va t’épauler, qui va t’aider mais à aucun moment il n’y a le côté hiérarchique, le côté désagréable du management. Moi, étant manager avant, ce que je détestais par dessus tout c’était ça : c’était d’aller taper sur les
doigts de mes équipes. Et bah en fait, aujourd’hui j’ai plus à taper sur les doigts de mes équipes et il n’y a personne qui me tape sur les doigts non plus donc c’est trop cool.

Le statut légal du marketing du réseau

Est-ce que du coup ça veut dire qu’aux yeux de la loi, parce que je ne sais pas de qui tu dépends, mais donc aux yeux de la loi tu es considérée comme indépendante au même titre qu’une auto entrepreneure ? 

Absolument en fait on a un statut un petit peu particulier qui est le statut de VDI : Vendeur Distributeur Indépendant. Qui est un statut hyper cool parce que en fait on a très très peu de charges, on a très peu de paperasse à faire, c’est vraiment un statut ultra simplifié. C’est pour ça que c’est facile de compléter ses revenus en tant que salariée en fait parce qu’il n’y a pas beaucoup de démarches à faire pour être VDI, et en fait on crée une société à partir du moment ou on dépasse les plafonds du VDI. Donc quand ton affaire commence à bien marcher, là tu crées une société, et du coup tu rattaches ton agrément Forever à ton entreprise ce qui fait que par exemple une esthéticienne qui est à son compte, ou une entrepreneure comme toi, pourrait très bien prendre l’agrément Forever, et le rattacher à son entreprise actuelle. Donc là on est plus dans le statut VDI on va rattacher les bénéfices qu’on fait
avec Forever en gros à ta compta d’entrepreneure.

Ok et du coup tu as parlé de Forever et tu as parlé du fait que tu étais passée à un maintien du corps mais au final on a pas encore parlé de ce que tu vends.

Oui c’est vrai alors en fait Forever c’est le leader mondial de l’aloé Véra et des produits de la ruche, ce qui fait qu’on a une gamme hyper large. Ça va de la crème pour le visage, en passant par le dentifrice, les compléments alimentaires, les compléments pour les sportifs. On a une gamme hyper large en gros on va avoir produits d’hygiène, produits cosmétiques, compléments alimentaires, notamment les boissons à l’aloé Véra, une gamme pour les sportifs, une gamme pour les animaux, et les produits de la ruche, la normalement je n’ai rien oublié… Si on a un produit maison aussi. 

Donc en gros, en fait c’est un peu à l’ancienne ce qu’on appelait les réunions tupperware ?

Absolument mais Tupperware est un MLM en fait.
Ben oui Tupperware c’est du marketing de réseau, en fait y en a beaucoup plus que ce qu’on croit toutes les réunions à domicile que faisaient principalement nos mamans. On va dire c’était plus de cette génération là. À l’époque en fait c’est l’image qu’on en a, c’est des MLM c’est exactement ce principe là c’est que les personnes vont vendre, ont une marge sur les produits, vont monter leur équipe et du coup ont des commissions sur leurs équipes, et c’est du MLM. Aujourd’hui le marketing de réseau se modernise. Moi je t’avoue très honnêtement que les réunions Tupperware, du coup les réunions Forever j’en fait un peu, mais c’est pas ce qui m’éclate. Clairement, moi ce qui m’éclate, c’est d’aller passer un moment où on va rigoler, où on va prendre soin de soi mais en étant cool. Du coup, je propose notamment des ateliers beauté où on va faire un soin du visage complet, où on prend vraiment soin de soi c’est super cool et c’est des moments vraiment sympa.

L’organisation de Marie

Et du coup comment tu organises tes journées? Et la question qui vient aussi de façon sous-jacente à ça, c’est comment tu organises ton activité, maintenant qu’on est confiné chez nous et que tu dois tout faire à distance ?

Alors comment je m’organise, j’ai envie de dire mal. Clairement je suis encore en train d’apprivoiser mon organisation. Mais pour essayer de faire simple, dans mon organisation, il y a des moments où je vais préparer les actions donc où je vais préparer mes ateliers beauté, où je vais préparer mes ventes privées, où je vais préparer tout ça donc les supports et ainsi de suite.
Il y a une partie où je vais faire de la prospection donc aller appeler des nouvelles personnes qui pourraient devenir des clients, il y a une partie où je vais faire du suivi clients, donc là c’est appeler mes clients, voir si ça se passe bien avec les produits, si elles ont des questions, si elles ont des soucis, leur dire « ah ben tu utilises tel produit pour tel chose… ». Je vais prendre un exemple : le first qui va servir par exemple en lotion visage, quand elles me dise « bah
j’utilise en lotion visage », je dis « ah ben tu sais qu’il sert à pleins d’autres choses, tu peux l’utiliser dans tes cheveux, pour hydrater ton cuir chevelu, tu peux l’utiliser sur ton corps…. Ça va être le suivi clients, où je vais vraiment accompagner les personnes sur l’utilisation des produits. Et puis après il y a les actions ce que j’appelle actions à proprement parler, donc les ateliers beauté, les ventes privées, les face à face parce que je peux très bien aussi prendre un café avec quelqu’un et lui présenter les produits comme ça en tête à tête, ça fait partie aussi des choses qui sont faisable. Après il y a toute la partie où j’anime mes réseaux sociaux ,donc voila en gros en quoi mon temps
est partagé.

Les ateliers beauté version visio

Et c’est quoi ce que tu préfère faire, les ateliers beauté ?

Ouiiiiiii (rires) ça s’est un peu entendu non?

Un peu, légèrement dans ta voix (rires)

Alors en plus j’en ai un demain, et j’en ai un après demain, et je suis trop contente c’est trop cool. Et du coup pour répondre à ta question sur le comment je m’organise à distance, il s’avère que j’adore être connectée, le nom de mon profil Instagram c’est Connect Aloe du coup c’est vraiment mon truc je suis hyper hyper accro aux écrans. Et donc en fait ça a presque été une chance pour moi d’être confinée parce que ça m’a forcé à sortir du schéma habituel du MLM où on fait des réunions, où on fait des choses comme ça en physique.
Moi j’adore le faire en visio, en fait je fais des présentations en visio, je fais des ateliers beauté en visio, alors là je m’éclate parce que je fais de la dinette, c’est à dire que je prépare des petites doses de produits dans des petites boîtes que j’envoi par la poste aux personnes, et en fait on se retrouve en visio, et on fait notre atelier beauté chacune chez soi en visio. En fait c’est des moments trop drôles parce que du coup t’entend le bruit de la flotte, tu te vois en gros plan en train de te rincer le visage et tout et c’est trop drôle c’est hyper sympa et ça permet aussi de faire des ateliers beauté avec des personnes qui sont aux 4 coins de la France. Ensuite jeudi je crois que j’ai une nana à Nice, une nana en région parisienne, une sur Lyon… C’est vraiment aux 4 coins de la France et du coup ça permet aussi de faire une activité avec ses copines aux 4 coins de la France et je trouve ça trop cool. 

Fierté, conseils et victoires

Est ce qu’il y a eu un truc qui a été difficile dans ton aventure professionnelle, dans ton aventure entrepreneuriale, et que t’as réussi quand même à surmonter ?

Je te dirai bien qu’il y en a tout le temps en fait. C’est la vie d’entrepreneure c’est vraiment des hauts et des bas et donc du coup il y a des jours où je me dit j’y arriverai jamais, ça ne marchera pas, je n’ai pas eu de ventes depuis trois jours, ou depuis une semaine et tu te dit « bon bah c’est mort en fait, les gens ils ne sont pas intéressés ». Ou alors tu fais un suivi client, t’appelles 10 personnes, et y en a pas une qui te dit quelque chose de positif ou qui te repasse une commande, il y a des jours comme ça, c’est difficile c’est clair. Moi je pense que c’est vraiment ça il y a des moments où c’est super dur.
Et il y a des moments où tu passes des semaines où tout va bien,  où tout roule où tu as des supers surprises, là je suis en plein dans une semaine comme ça depuis même 10 jours comme ça, donc c’est hyper cool. Je pense que cette partie là on apprend à l’apprivoiser avec le temps dans le métier d’entrepreneure et c’est vrai que pour se lancer dans l’entrepreneuriat je pense qu’il faut vite prendre conscience, qu’il va y avoir des moments hyper difficiles, et des moments hyper cools aussi quoi et qu’il faut accepter le fait que ça monte et que ça descende quoi. 

Aider les autres : une fierté.

Et c’est quoi la plus grande fierté dans ton business ?

J’ai envie de dire mon équipe déjà ! J’adore accompagner les gens et en fait quand j’échange avec les nanas de mon équipe, aujourd’hui elles sont 4 je pense que le jour où cet épisode sera diffusé, il y en aura sans doute beaucoup plus j’espère en tout cas ! Mais voilà quand je vois dans leurs yeux qu’elles s’éclatent dans ce qu’elles font, et que je leur apporte aussi beaucoup au quotidien ça c’est génial ! J’adore je l’ai dit au début ce que je voulais en me lançant à mon compte, c’était avant tout aider les autres donc aider les autres à être bien dans leurs baskets et à s’éclater dans ce qu’elles font c’est juste ma plus belle récompense. 

En plus du coup tu aides les autres à aider les autres ?

Mais ouais c’est un double level, c’est un multi level marketing quoi tu vois ! Et qui vont elles-mêmes aider d’autres personnes à aider d’autres personnes à aider d’autres personne tu vois c’est un truc sans fin en fait quand on y réfléchis. 

Les conseils de Marie pour se lancer dans le marketing de réseau

J’ai l’impression d’avoir vraiment rencontrer l’hydre tu sais le monstre à plusieurs têtes.
Est-ce qu’il y aurait un conseil que tu pourrais donner à quelqu’un qui découvre totalement ce que c’est le marketing de réseau, et qui a envie de se lancer, est-ce qu’il y aurait des conseils que tu pourrais lui donner ?

Alors première chose je pense, c’est de choisir le produit avant de choisir le MLM. Il faut choisir le produit. Si tu n’aimes pas le produit, en fait tu ne réussiras pas. Faut aimer ce qu’on fait. Moi j’ai découvert l’aloe vera franchement j’avais une peau toute pourrie j’arrivais pas à en prendre soin c’était une cata j’ai essayé les produits, j’ai adoré, et derrière j’ai découvert les compléments alimentaires à l’aloe vera. J’ai fait notamment une cure qui s’appelle le vital 5, une cure où tu réinitialises ton corps en fait et dans l’histoire de mon burn out, je dis toujours qu’il y a eu l’avant et
l’après vital 5. Ça m’a complètement reboosté, et du coup ces produits en fait je les ai en moi j’y crois. Et c’est pour ça que j’ai envie de continuer donc vraiment le premier truc c’est de ne pas choisir l’entreprise ou la marge ou la façon dont c’est organisé, c’est vraiment de choisir avant tout le produit.
La deuxième chose c’est de choisir son équipe. Moi j’ai signé aussi parce que j’ai une relation avec Hélène qui est aujourd’hui super forte, et au moment où on en a discuté la première fois, je la connaissais déjà un petit peu, et on avait un bon feeling et si tu n’a pas le feeling avec ton parrain ou ta marraine, je pense que c’est hyper difficile de se lancer. Alors que si tu t’entends bien avec, si tu as la même vision des choses et tout, ben en fait ça coule de source aujourd’hui avec Hélène, on travaille côte à côte. Au début elle me formait, elle m’accompagnait, aujourd’hui je pense
pouvoir dire qu’elle m’apporte autant que je lui apporte, et c’est ça la clé en fait : c’est que si tu trouves une équipe qui te correspond vraiment, avec un produit que tu aimes, je pense que la recette elle est là. Et après faut aussi évidemment adhérer quand même aux valeurs de l’entreprise, ça joue aussi mais je dirai que c’est le 3e point.

Joie et recommandations

Qu’est-ce qui t’apporte de la joie au quotidien ? 

Pleins de choses j’ai envie de dire ! Le premier truc c’est quand mes clients sont satisfaits et qu’ils me le dise, on va pas se mentir, c’est forcément le numéro 1. Quand un client t’appelle et te dis « Non mais ton produit là c’est de la balle, j’adore »  forcément ça me fait trop plaisir. Quand on reconnaît que j’ai bien accompagné quelqu’un aussi, quand on me remercie pour soit le produit, soit la formation, soit ce que j’ai pu apporté aux autres ça me fait tellement plaisir !
Et puis, alors mon équipe est encore très jeune mais il y a déjà des petites victoires et quand il y en a une dans l’équipe qui fait un truc et qui m’appelle derrière et qui me dit « Marie c’est trop cool il y a telle cliente qui m’a appelée elle veut me faire un atelier et tout !  » c’est des petites victoires au quotidien, mais c’est trop génial de voir que je contribue à ça. 
Et puis après il y a mon équipe au sens large, là je parlais de mon équipe que moi j’ai parrainé, mais il y a aussi l’équipe qui est au dessus et autour de moi, on est une équipe qui est assez jeune, hyper fun, dynamique et tout. On
échange au quotidien, et il y a des vrais moments de partage qui sont top, et ça peut s’appliquer aussi aux réseaux d’entrepreneurs que je côtoie notamment le Cercle des créateurs où on s’est rencontrées n’est ce pas ? Parce que justement ça me permet de rencontrer des gens comme toi, et des gens qui sont hypers inspirants au quotidien, qui me booste. Je te l’ai déjà dit mais il y a des fois le simple fait de regarder ta story du jour où t’as le sourire et tout, ça me rebooste.  En fait voilà, je crois que ma réponse c’est ça les échanges avec les autres, le fait d’échanger avec les autres sa m’apporte vachement de joie.

Recommandations

Déjà merci. Et j’aime bien le fait que tu montres que ce n’est pas parce qu’on se lance en indépendant qu’on est tous seuls. C’est vrai que c’est quelque chose qui est important de rappeler parce que quand tu dis autour de toi que tu vas te lancer en indépendant, il y a toujours cette image de la startup qui a passé un an à coder dans son garage tout seuls. Et j’aime bien le fait de casser cette image, et du coup que tu valorises autant ton équipe je trouve ça trop cool. Est-ce qu’il y aurait des femmes qu’elles soient créatives ou entrepreneures, que tu a envie de recommander ?

Alors y’en a une que je pense ça été la première avec laquelle j’ai fait du développement personnel réellement depuis que je me suis lancée, c’est Florence Servan Schreider. En fait l’année dernière, elle est intervenue dans un séminaire Forever, j’ai adoré derrière j’ai lu « 3 kifs par jour« , et je l’ai vraiment beaucoup aimé et j’aime beaucoup sa façon de penser. En fait je pense qu’elle m’a ouvert le champs du développement personnel. C’est que aujourd’hui il y en a plein que j’apprécie beaucoup la dernièrement j’ai commencé à lire Elisabeth Guilbert, j’adore ce qu’elle fait. Donc pour ceux qui ne connaissent pas, c’est celle qui a écrit : « Mange, prie, aime » notamment. C’est pour ça qu’elle est le plus connue. Il n’y a pas que ça, après tu me dit femmes alors je ne vais pas citer Killian du coup. 

Tu peux citer des hommes, mais c’est parce que je trouve que les femmes n’ont pas encore assez de visibilité. 

Oui oui non mais c’est clair, c’est clair. Après je t’avoue que je n’’ai pas du tout réfléchi à cette question, alors que je connais le podcast je devrais le savoir quand même. Ah Catherine Testa, j’ai oublié l’optimisme.com, une nana qui est hyper boostante aussi au quotidien ! Elle fait partie des personnes que je suis et qui me mettent la patate, et puis toi en fait aussi mais non mais c’est vrai en plus je le pense vraiment ! Ce n’est pas pour te passer de la pommade, c’est vraiment j’apprécie ce que tu fais, et ça me booste donc tu fais partie de ces femmes là, clairement.

Conclusion

Merci je suis touchée. Merci beaucoup pour toutes ces recommandations, et merci de m’avoir expliqué le MLM. Pour la petite histoire en plus c’était vraiment une question que j’avais posé à Marie parce que j’avais beaucoup de mal à comprendre ce modèle d’indépendance, et du coup j’avais posé plein de questions en message privés sur Instagram, et j’avais fini par me dire « Mais dis donc ,viens on en parle en podcast  » parce que je ne pense pas être la seule à ne pas avoir trop compris ce que c’était. Donc merci beaucoup de m’avoir expliqué tout ça et d’avoir pris le temps de tout nous expliquer.

Merci à toi aussi parce qu’effectivement c’est un modèle qui est assez peu connu et qui a beaucoup de choses à offrir, et on en parle souvent pour du négatif donc c’est cool de pouvoir en parler aussi pour du positif, et de faire savoir qu’il n’y a pas que du négatif, il y a beaucoup de positif dans le marketing de réseau.

En fait je viens de buguer parce que j’allais répondre à ce que tu as dit, mais j’ai l’impression que si je réponds on va partir sur une polémique. En gros ma réponse en très court, ça allait être :  » Oui mais est-ce que ce n’est pas parce que les gens ne connaissent pas qu’ils en parlent de façon négative. »

Il y a le fait qu’ils ne connaissent pas, et il y a ce que balancent les médias en fait. Les médias quand ils parlent du MLM ils parlent des arnaques.  Ils ont besoin de choquer, de faire réagir et du coup ils parlent des arnaques et ils parlent rarement du côté positif alors c’est en train de changer en France. Mais c’est vrai qu’en France on a vraiment cette image assez négative. Mais on travaille à la remettre d’aplomb, et c’est en faisant des podcasts comme ça aussi qu’on va réussir à faire comprendre aux gens qu’il n’y a pas que des arnaques dans le MLM, on ne va pas se mentir il y en a, mais c’est loin d être la majorité. 

Merci Marie

Écrit par Lauriane

ARTICLES SIMILAIRES

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This